CommuniquéVie de l'établissement

Zoom sur le télétravail "la journée de Bénédicte"

16 mars 2020 - 19 juin 2020

Ma journée – type (confinement ou déconfinement, ça n’a pas changé grand-chose pour le moment…)

Lever à 7h30 (j’ai fini par mettre le réveil parce que grasse mat’ tous les matins, c’est pas sérieux quand même !)

Elliptique de 7h45 à 8h15 (et oui, parce que mes fringues ont eu l’idée de rétrécir rien que pour m’embêter !!!… Pourtant je ne grignote pas de la journée et je ne goûte même plus…Je dois trop les laver à cause du Covid, c’est ça… Vraiment, j’ai pas d’autres explications !)

Puis, douche extra rapide (moi qui me disais que je pourrais me gommer et me crémer de la tête aux pieds tous les jours…soupir…) et pendant que je bois mon thé et mange mes céréales, je me connecte à mes mails du boulot sur l’ordi du salon.

Après avoir passé 10 minutes à éliminer les spams et autres pubs (parce que, au final, il n’y avait que ça !), vérifié avec Quentin, mon grand, qu’il avait bien reçu ses cours du collège, je clique sur la page de l’école pour les devoirs de Tristan, mon 2e.

Et là… Comment dire ?... C’est que du bonheur…

… De comprendre le premier exercice que la maîtresse a donné (« Attends, je vais regarder la correction, hein, on sera sûr ! »), lancer une machine en urgence parce que « Mamaaaan, j’ai plus de sliiiips !! » puis lancer le lave-vaisselle déjà plein (mais je l’ai vidé hier !!), « Tristan, arrête de rêvasser, fais ton exercice ! », faire du pain (car toute la famille le kiffe mon pain !!... Bon, en fait, ils rêvent tous de baguettes mais moi, je suis parano…), répondre à un mail urgent pour un envoi de diplôme pour un entretien d’embauche l’après-midi même, rabâcher pour la cinquantième fois à mon 2e qu’au pluriel on met des s (« oui, mais pas pour les verbes ! »), me poser brièvement la question « Qu’est-ce qu’on mange à midi ? … Ah flûte !! j’ai un mail !!… Ah ouf, c’est de la pub… », « Tristan ! Tes devoirs !! », me faire un café (non, parce que, à ce moment précis, c’est une question de survie !!), corriger les soustractions avec retenue (« Alors, il faut casser la dizaine ? Hum… J’ai pas appris ça comme ça, moi... Argh !! pourquoi ils ont changé les maths ???), faire le tour du frigo et me reposer la question existentielle du repas de midi ( pfffff, je n’en peux plus de ces repas… ), « Tristan !! C’est bientôt midi !! Finis d’apprendre ta poésie ! », réaliser que mon pain gonfle depuis deux heures et commence à déborder de tous les côtés (« Flûte, il ne sera jamais cuit pour 12h30 !!… Purée, y a plus rien dans le congel qui cuit en moins de 30 minutes !!!!!!), voir mon mari descendre du bureau et m’annoncer qu’il a une réunion à 13h (euh… t’as une demi-heure d’avance… bon, ben je fais des pâtes ! Du coup, pas besoin de pain : Yes ! Un problème de résolu !!), « Tristan, range tes affaires, appelle ton frère, il faut mettre la table et vider le lave-vaisselle… et arrête de râler !! »… Enfin faire cuire les pâtes, nourrir ses troupes et se lever toutes les 5 minutes, débarrasser la table et remplir le lave-vaisselle… Et me dire que j’aurais bien besoin, là, maintenant, tout de suite, d’un (ou plusieurs…) carrés de chocolat (ben si, je peux !!! J’ai brûlé 150 calories sur l’elliptique !! Non mais !!) et d’une sieste… Ah mais noooooon !! Je dois étendre la lessive pour que mon fils ait un slip sec demain!!!

Il est 13h30…

Vous croyez que je vous raconte l’après-midi ? Allez… C’est parti pour le second round !

Installée cette fois dans le bureau à l’étage, en face de mon mari en visioconférence tout l’après-midi (donc chuuuuut ! Faut pas faire de bruit !!), avec mon PC portable du boulot et le lien VPN qui fonctionne une fois sur deux, mes dossiers qui mettent 1 minute à s’ouvrir ou se fermer (si,si, montre en main, sauf les mercredis et vendredis après-midis !!), « Quentin, chut ! Papa travaille ! Quoi ?... Oui, vous pouvez faire votre Switch. 30 minutes, hein!.. chuuut... », récupérer un doc sur ma clé USB pour pouvoir l’envoyer à ma chef depuis l’ordi du salon ( qui est en bas, je vous le rappelle et qu’avec la vitesse de téléchargement du portable… ben, je préfère me faire les cuisses !), répondre à un mail, remonter, finir ma mise en page, redescendre voir si ma chef a répondu (Ah !! Vous voyez !! Vous non plus, vous ne comprenez pas pourquoi je suis obligée de faire de l’elliptique, hein ?!!!), « Les garçons, non mais dis donc, ça fait 2h que vous êtes sur vos consoles !!! J’avais dit 30 min !!!  Pas de Switch demain puisque c’est ça !! » (euh… j’aurai pas dit une bêtise, là ? Comment je vais les occuper demain, moi ?). Eteindre mon portable (là, il faut compter 5 bonnes minutes…). Mais garder la messagerie, dans le salon, ouverte quand même… au cas où… Et aller m’occuper de désherber mon jardin car le liseron est mon ennemi numéro1 !! Ca vide la tête selon certains, moi…non : ça me casse les pieds et le dos !!

Et je vous passerai le dilemme du repas du soir, le coucher des garçons, l’écroulement sur le canapé à 21h30 en me disant que j’aimerai bien voir le film en entier ce soir… Vœu pieux….

Ah flûte, j’ai oublié d’éteindre ma messagerie !

Et ça, c’est une journée sans les courses (et la désinfection en salle blanche qui s’ensuit… je vous ai dit que j’étais un peu parano ?), sans le ménage ou sans le cours de zumba de 17h (oui, parce qu’à défaut de partir en vacances, autant se croire au Brésil!)

Alors, on pourrait se dire que c’est vraiment une galère ce confinement/ déconfinement… Mais quand même, grâce au temps gagné ( sur les trajets, maquillage, repassage, blabla avec les mamans de l’école, etc…), mon grand plaisir est d’avoir enfin pu commencer un potager (même si ça a été un boulot de dingue à mettre en place, et qu’il faut encore le surveiller chaque jour, l’arroser, etc, etc), qu’on ait enfin des fraises et des cerises en quantité suffisante pour un dessert, de voir enfin les papillons et les coccinelles proliférer comme quand j’étais gosse, et d’avoir enfin pu lancer un Kisskissbankbank pour mon projet de court-métrage ( je suis parano ET optimiste aussi, allez comprendre !…).

Comme quoi, en grattant un peu (voire beaucoup) on arrive quand même à trouver des points positifs à cette période inédite…

Si,si… ne serait-ce que l’envie de retourner au boulot !!!

Localisation

Institut d'urbanisme et de géographie alpine
14-14 bis Avenue Marie Reynoard
38 100 Grenoble
Mis à jour le  18 juin 2020